www.belegou.org

 

 

 

 

cliquez sur l'onglet "français" pour retourner sur la page

Jean-Claude Bélégou photographie et autobiographie LA GLOIRE DU MONDE (1999/2000)

 

Le contenu de cette page nécessite une version plus récente d’Adobe Flash Player.

Obtenir le lecteur Adobe Flash

Voir la galerie

 

Relation triangulaire entre le corps agité, frénétique, les traces médiatiques de la violence mondialiste, et le sujet à l'œuvre, le travail au titre évidemment ironique associe trois séries d'images, se renvoyant les unes aux autres, se faisant face, se répondant dans leur forme scripturale. Ou encore : l'autre, le monde et moi.
Depuis mes premières expositions ou mes premiers livres j'ai confronté les mots aux images : textes aux statuts divers (manifestes, analytiques, narratifs, fictifs, critiques, didactiques) se frottant aux images des autres ou aux miennes, textes matériellement présents dans les expositions ou les performances (encadrés, jonchant le sol, enregistrés, lus à haute voix) ou encore textes photographiés (détails de lettres, de cartes géographiques, de carnets, de livres, etc.). Ici je poursuis ce travail en les photographiant dans le journal.

Photographies de graphies : écritures de papiers (matière des papiers, typographies) imprimés (nouvelles des journaux quotidiens) relatant l'état médiatisé du monde dont d'infimes parcelles de phrases sont isolées (froissement du papier, mise au point, cadrage, profondeur de champ, ombre et lumière, etc.). Ce que nous connaissons de l'état du monde est ainsi ramené à sa juste effectivité du discours idéologique véhiculé par cet intermédiaire obligé avec le réel : les Media.

A ceux-ci j'associe autoportraits visages grimaçants, déformés, triturés torturés, ricanant, parlant... des strobo(photo)graphies de mouvements, infimes ou brusques, du visage en autoportrait : l'état de la subjectivité.
Strobo(photo)graphies (décompositions de mouvements en surimpressions par expositions multiples au flash) de mouvements ténus ou déliés du visage ou du corps d'une femme, sautant, courant, dansant, s'agitant dans cette agitation frénétique du monde : l'état du corps physique, coincé dans l'antinomie d'un corps réifié et d'un corps scène de liberté et d'irrationalité.

Danses macabres…

 

la gloire du monde, tirages argentiques 20 x 30 cm réalisés par l'artiste