www.belegou. org //

 

 

 

 

Jean-Claude Bélégou séries en cours : L'Éternité n'a qu'un temps 2018/2020

 

L'éternité

 

Enfant, enfoui jusqu'à la tête sous les draps et couvertures, j'essayais de me représenter, de visualiser l'infini. Je l'imaginais le plus souvent sous la forme d'un rail de chemin de fer... Parallèles rigoureuses. Il faut dire que feu mon père conduisait les trains et que nos fenêtres ouvraient sur une gare...

Mais je concevais bien que cette image n'était qu'une ridicule approximation. Cependant, si j'allais plus loin dans mes images, ou tentais de le faire, cela se traduisait rapidement par un tournis ou un vertige et se terminait par une montée d'angoisse découlant de la conscience de mon échec, de mon incapacité.

L'infini, l'éternité ont pour voisins tout ces mots qui relèvent de notre aspiration, nécessairement malheureuse, à l'absolu, tels le beau, la liberté, la justice, le bien, l'amour, la sagesse...

Sans aucun doute la mer nous procure une telle image de l'infini spatial ou temporel. Non seulement parce qu'elle s'étend jusqu'à ce que nos yeux, au-delà de l'horizon, ne peuvent saisir, mais parce qu'elle apparaît comme un fondement présent de toute éternité et un temps invariablement répété, celui du sac et du ressac. La falaise peut bien peu à peu s'ébouler, soumise au travail des eaux et des vents, elle est roche et "solide comme le roc" disons-nous... Mais c'est la mer qui toujours est gagnante.

Nous pouvons bien disparaître de la surface de la Terre et la terre les roches et les montagnes, les bêtes et les plantes, elles-mêmes ne plus exister, rien ne sera essentiellement altéré de notre planète (elle ne s'en portera peut-être que mieux) mais impossible alors de la penser autrement que comme un total océan.

L'infini de la mer nous procure un sentiment incomparable de liberté, d'absolu. Une image du temps, de l'espace, impossibles à concevoir en eux-mêmes. L'éternité, l'infini temporel comme spatial, ne sont en fin de compte que des concepts, sans doute nécessaires aux mathématiques et à la science (et à certaines idéologies souvent douteuses) mais quant à les penser comme des réalités, ceci relève vraisemblablement des illusions qui nous aident à supporter notre finitude, mais rien au-delà ...

Ainsi en est- il également de l'amour... Et de la croyance que nous œuvrons pour l'éternité.


Tirages jet d'encre pigmentaire 60 x 60 cm réalisés par l'artiste d'après clichés numériques.