<
Jean-Claude Bélégou Chimères
séries en cours 2018...
..

le silence des eaux dormantes

la haie

La Haie

 

 

 

Et puis il y avait autre chose, et le paysage ça a commencé comme ça, à seize ans, je faisais volontiers l'école buissonnière pour partir des journées entières errer et photographier sur le port du Havre et c'étaient mes paysages.

Le Havre où j'allais au lycée alors. Le Havre, comme Lorient ou Brest, Brest où mon père avait fait son apprentissage de chaudronnier à l'arsenal, avant que de rentrer aux chemins de fer, à la libération, fut de ces villes rasées par les alliés à la fin de la seconde guerre mondiale. Bien que la reconstruction y ait été de meilleure qualité qu'à Lorient ou Brest, c'est une ville froide et sans aucun charme ni intérêt. C'est seulement une ville industrielle et un port.

À l'époque, le monde n'était pas aussi verrouillé qu'il est plus tard devenu, on pouvait sur le port aller et venir avec la plus complète liberté du monde. En outre la main d'œuvre et les mouvements de navires, cargos et paquebots y étaient encore abondants.

C'était mon espace de liberté. Pour le lycée j'avais fini par trouver un système d'une efficacité redoutable. J'avais subtilisé une pile de billets d'entrée en cours, qui étaient généreusement tamponnés et signés d'avance, je n'avais plus qu'à y inscrire mon nom la date et l'heure. En vous écrivant ceci, le rapprochement s'impose à moi avec les paysages du cycle Chimères que je fais.

La même liberté je la retrouve dans ces prises de vues récentes dans les forêts, auprès des mares, du fleuve, sur le bord de mer. Et peut-être la même, si ce n'est rébellion, en tous cas la même bouffée d'oxygène et de liberté nécessaire à la survie après des épreuves douloureuses.

Je pensais encore à ceci: le refuge dans l'imaginaire dés l'enfance, commun à beaucoup d'artistes qui ont vécu dans leur enfance un traumatisme. Les images, l'écriture, la musique. Et les premières photographies : celles qui décoraient les compartiments des trains, celles que faisait, avec beaucoup de talent, mon père lorsque nous partions en famille en vacances.

Chimères, paysages quotidiens, tout à l'envers et l'encontre des photographies de paysage des agences et magazines marchands de voyages...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Et nos pas

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

le bruissement des eaux vives
Et nos pas sur les chemins...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le silence des eaux dormantes

 

 

 

 

 

 

 

 

 

pièces tardives

 

Pièces Tardives
Le bruissement des eaux vives
L'Éternité n'a qu'un temps

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les Bucoliques
les bucoliques

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L'onde de nos rêves

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L'Onde de nos songes

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nos voix qui se sont tues

 

 

 

 

 

Nos voix qui se sont tues