www.belegou. org //

 

 

 

 

Jean-Claude Bélégou Faux-semblants : LES REGRETS 2020

 

« Allé jusqu’à ***.
Marché quelques pas le long de la mer sur la digue.
La mer était vert d'eau, claire et plane, immobile. On apercevait les premières arches d'Etretat au sud.
J'ai pensé que cette mer infinie allait jusqu'à toi.
Que je pourrais m'y laisser glisser jusqu'à toi.
Revenu par les routes de campagne, parce que je n'avais envie de voir personne au monde.
Il y a des jours où je ne viens pas au monde et aujourd'hui doit être un tel jour.
Soudain, sur la route, submergé par la conscience, la mesure de la gravité de mes sentiments, comme quelque chose qui s'imposait dans une lucidité absolue, comme une révélation redoutable, terrifiante et heureuse à la fois.
En Norvège, il y a chaque jour des bateaux, été comme hiver, Hurtigruten, qui descendent et remontent tout le long de la côte pour relier quotidiennement chaque port, chaque île, portant marchandises et passagers. J'aimais voyager sur ces navires, j'aimais les escales de nuit dans les ports et le chargements et déchargements des marchandises, quelquefois des voitures aussi, par les grues du bateau.
J'aimais le tangage et le roulis au milieu de la tempête des Shetlands en janvier 1995. Je m'y sentais libre et léger. Les petits déjeuners à volonté de saumon qui tenaient lieu de repas pour la journée.
La mer est un non lieu.
Il faudrait un tel bateau jusqu'à toi. »

Février 2005 Lettre à ***.

Tirages jet d'encre pigmentaire 60 x 60 cm réalisés par l'artiste d'après clichés numériques.